Friday 10 July 2020
Home      All news      Contact us     
reliefweb - 10 days ago

Burkina Faso: Sahel : Déclaration conjointe des Nations Unies et des ONG internationales à l’occasion du Sommet du G5 Sahel à Nouakchott

Countries: Burkina Faso, Chad, Mali, Mauritania, Niger Sources: Danish Refugee Council, International Organization for Migration, Norwegian Refugee Council, UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs, World Food Programme, Action Against Hunger USA, UN Children s Fund, Oxfam, Food and Agriculture Organization of the United Nations, Save the Children, UN High Commissioner for Refugees Dakar, le 30 juin Les agences humanitaires des Nations unies et les organisations non gouvernementales signataires de cette d claration prennent note de l organisation du Sommet du G5 Sahel Nouakchott le 30 juin et encouragent les acteurs pr sents trouver des solutions durables la crise s curitaire, humanitaire et de d veloppement que traverse la r gion. En effet, le contexte s curitaire dans les pays du Sahel s est consid rablement d grad ces derniers mois. Les situations de conflit qui pr valent dans la r gion entra nent des cons quences humanitaires sans pr c dent pour les populations civiles confront es l ins curit et au d placement. Les organisations humanitaires s inqui tent en particulier de rapports faisant tat d ex cutions extrajudiciaires pr sum es, du recrutement forc , notamment d enfants, d enl vements et prises d otage, de viols ainsi que de la stigmatisation grandissante et la discrimination l encontre de certains groupes soup onn s d tre de connivence avec des groupes arm s. En effet, ces nombreux rapports d crivent la recrudescence de violations graves des droits de l homme commises par les diff rents bellig rants. L acc s limit aux services sociaux de base, l absence de perspectives socio- conomiques pour la grande majorit de la population, y compris les jeunes, et les vuln rabilit s chroniques sont des facteurs qui aggravent la situation dans la r gion. Les enfants touch s par la violence au Sahel central ont un besoin urgent de protection et de soutien. La crise humanitaire que traverse la r gion, alli e aux probl mes de d veloppement qu elle connait risquent d an antir les progr s r alis s ces derni res ann es, tout en rendant la protection des populations civiles encore plus fragiles. Dans ce contexte rendu encore plus difficile par l impact direct et indirect de la pand mie de COVID-19 dans la r gion, ce sommet repr sente une opportunit pour poursuivre le dialogue constructif engag entre les d cideurs politiques, les responsables militaires et les acteurs humanitaires de la r gion autour des questions li es aux principes humanitaires et la protection. La communaut humanitaire r gionale se dit ouverte un dialogue avec le G5 Sahel pour faire progresser l agenda du droit international humanitaire et garantir aux populations affect es par la crise humanitaire, y compris les groupes les plus vuln rables, notamment les enfants, une assistance pour l acc s aux services sociaux de base et vitaux. Il est imp rieux de r fl chir collectivement des solutions innovantes pour r pondre aux besoins humanitaires tout en r duisant les vuln rabilit s chroniques et pour endiguer la propagation de la crise. Afin de renforcer la protection des civils et am liorer la r ponse humanitaire toutes les populations vuln rables affect es par les conflits et la pand mie de COVID-19, il est essentiel que les Etats membres du G5 Sahel et leurs forces arm es s engagent : R affirmer leurs engagements internationaux en mati re de droits humains, de droit d asile et de droit international humanitaire, et garantir la protection des civils, notamment des personnes d plac es et des r fugi s, des femmes, filles, personnes g es ou personnes ayant des besoins sp cifiques, tout en renfor ant les actions de pr vention des violences bas es sur le genre. Inscrire la protection des civils au c ur des op rations militaires dans l espace du G5 Sahel tel que conclu lors de la troisi me conf rence sur le renforcement des relations de confiance entre Forces de d fense et de s curit (FDS) et populations dans l espace du G5 Sahel, tenue le 20 janvier 2020 Ouagadougou, au Burkina Faso. Il est essentiel que cette strat gie maintienne la distinction entre r ponses militaires et humanitaires. Condamner les violations de droits humains et adopter des mesures permanentes d investigation des infractions commises par les forces de d fense et de s curit , les groupes d auto-d fense, et des l ments des groupes arm s, pour renforcer le syst me judiciaire afin d assurer l acc s la justice pour les civils. Garantir dans la mise en uvre du Cadre de conformit , l application de la Politique de diligence voulue en mati re de droits de l homme et cr er les conditions pour que les membres civils et militaires du G5 Sahel respectent et promeuvent les normes les plus lev es d une conduite thique et professionnelle, d noncent les manquements et coop rent dans les enqu tes, demandes d information, valuations et examens d ment autoris s en vue de pr venir et combattre les abus et exploitations sexuels. Garantir un acc s humanitaire sans entrave aux populations d plac es de force, leurs communaut s h tes et aux populations civiles dans leur ensemble. Plus sp cifiquement, cesser les attaques contre les enfants (dans leurs maisons, l cole ou dans les centres de sant ) et assurer un acc s s r tous les enfants touch s, conform ment aux principes humanitaires. Assurer la participation syst matique et ad quate des militaires et forces de s curit aux structures de coordination entre civils et militaires dans chacun des pays, facilitera le dialogue et permettre un meilleur acc s humanitaire et le respect du droit international. D velopper avec les humanitaires des lignes de conduites entre civils et militaires align es avec les orientations internationales pour assurer une distinction claire des mandats et des r les entre les forces de d fenses et de s curit et les acteurs humanitaires. Le principe des escortes arm es en tant que dernier recours devra y tre explicitement reconnu afin de garantir au maximum la neutralit des acteurs humanitaires dans des zones de conflit. Le contexte actuel li la pand mie de COVID-19 pourrait par ailleurs inciter certains Etats militariser l assistance humanitaire et sanitaire dans des zones sensibles au conflit avec le risque de d t riorer la perception de neutralit et impartialit des acteurs humanitaires et l acceptation par les communaut s de leurs interventions. Investir dans les services sociaux de base (sant , eau et assainissement, et ducation). Dans le centre et l est du Mali, dans le nord du Burkina Faso et dans l ouest du Niger, l acc s de la population aux coles, aux centres de sant et d autres structures sociales est limit en raison du sous-investissement chronique.
L ins curit et les d placements cr ent des obstacles importants pour l acc s des enfants et des familles l alimentation et aux intrants nutritionnels, risquant de d t riorer la sant et l tat nutritionnel des enfants.
L ins curit et les attaques entravent galement l acc s aux services sociaux de base, notamment aux centres de soins de sant et aux coles, et aux biens de premi res n cessit s comme l eau, la nourriture et la possibilit de produire leurs aliments et prendre soin de leur b tail. Garantir le r tablissement de la pr sence des autorit s tatiques, des services sociaux de base et de l Etat de droit permettant ainsi de pr venir et lutter contre les violations et atteintes r p t es la s curit , la dignit et aux droits des personnes civiles. Promouvoir la d mobilisation et la r insertion des personnes associ es aux groupes arm s, incluant une approche sp cifique pour la d mobilisation des enfants. Un processus clair et transparent sur le sort des anciens combattants, leur traitement judiciaire et les politiques de r insertion est n cessaire pour cr er un climat de confiance favorisant les r insertions et donc, terme, la stabilisation de la zone. Encourager une solution politique bas e sur la coh sion sociale, la r conciliation et la gouvernance locale et responsable. La nature prolong e des crises et des d placements exige une plus grande mobilisation pour la mise en uvre d approches nouvelles, notamment travers le renforcement de la r silience des populations affect es et leur acc s aux moyens de subsistance afin qu elles puissent tre actrices de leur destin.
Les Directeurs R gionaux du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les r fugi s (UNHCR), de l Organisation internationale pour les migrations (OIM), du Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF), du Programme alimentaire mondial (PAM), de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO), du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaire (OCHA), d Action contre la Faim (ACF), d Oxfam, de Save the Children, du Conseil Norv gien pour les r fugi s (NRC) et du Conseil Danois pour les r fugi s (DRC).


Latest News
Hashtags:   

Burkina

 | 

Sahel

 | 

Déclaration

 | 

conjointe

 | 

Nations

 | 

Unies

 | 

internationales

 | 

occasion

 | 

Sommet

 | 

Sahel

 | 

Nouakchott

 | 
Most Popular (6 hours)

Most Popular (24 hours)

Most Popular (a week)

Sources