Friday 7 August 2020
Home      All news      Contact us     
reliefweb - 30 days ago

DR Congo: RDC: Les attaques du groupe armé ADF peuvent constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre - Corrigé

Country: Democratic Republic of the Congo Source: UN Human Rights Council CORRIG E le 7 juillet 2020 - Ce communiqu de presse a t corrig pour refl ter le nombre exact de personnes tu es, soit 793, au lieu du chiffre initialement fourni qui indiquait que plus de 1 000 personnes avaient t tu es. GEN E VE / KINSHASA (6 juillet 2020) Le groupe arm connu sous le nom de Forces d mocratiques alli es (ADF) a intensifi ses attaques contre les civils dans les provinces de l Est de la R publique d mocratique du Congo (RDC) au cours des 18 derniers mois, largissant ses actions au-del de ses zones d op rations habituelles. Ces attaques, qui ont fait plus de 793 morts et des dizaines de bless s, pourraient constituer des crimes contre l humanit et des crimes de guerre, selon un rapport de l ONU. Les ADF sont militairement actifs dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, depuis plus de trois d cennies. A la suite de campagnes militaires contre le groupe arm , en particulier depuis octobre 2019, les combattants des ADF se sont dispers s en petits groupes et certains de ces groupes ont fui vers d autres zones, en particulier le territoire d Irumu dans la province voisine de l Ituri, o le nombre et l intensit des attaques ont consid rablement augment . L impact sur les civils de ces changements sont d crits en d tail dans un rapport du Bureau conjoint des nations unies aux droits de l homme en RDC (BCNUDH)*, qui illustre le caract re syst matique et brutal des atteintes aux droits de l homme commises par les combattants des ADF. Les assaillants ont utilis des armes lourdes lors d attaques contre des villages, dont des AK47 et des mortiers, ainsi que des machettes et des couteaux. Ils ont incendi des villages entiers, d truit des centres de sant et des coles, enlev et recrut sous la contrainte des hommes, des femmes et des enfants. Dans la majorit des cas, les moyens et le mode op ratoire des attaques indiquent clairement l intention de ne laisser aucun survivant. Des familles enti res ont t achev es la machette , peut-on lire dans le rapport. Le rapport souligne que, compte tenu de la nature g n ralis e et syst matique des attaques men es contre la population civile, certaines de ces atteintes aux droits de l homme pourraient constituer des crimes contre l humanit et des crimes de guerre. Selon les enqu tes du BCNUDH, du 1er janvier 2019 au 30 juin 2020, 793 civils ont t tu s, 176 bless s et 717 autres enlev s par des combattants des ADF dans les provinces du Nord-Kivu et de l Ituri. Au cours de la m me p riode, 59 enfants ont t recrut s; et une cole, sept centres de sant et des dizaines de maisons de civils ont t attaqu s et pill s. Les violences ont provoqu des d placements massifs des populations entre septembre 2019 et juin 2020. Les forces de d fense et de s curit nationale ont galement commis de graves violations des droits de l homme, en particulier depuis le lancement de leurs op rations militaires contre les ADF le 30 octobre 2019. Selon le BCNUDH, au cours des huit derniers mois, des soldats des Forces arm es de la R publique d mocratique du Congo (FARDC) et des agents de la Police Nationale congolaise (PNC), dont des membres des forces sp ciales de la L gion nationale d intervention (LNI), ont t responsables de la mort de 14 civils, de blessures graves sur 49 autres, ainsi que d arrestations arbitraires ou d tentions arbitraires de 297 civils. Ces violations ont renforc la m fiance de la population l gard des forces de s curit et de d fense, aliment es par la poursuite des atrocit s commises par les groupes arm s. Depuis 2019, quelque 400 combattants des ADF attendent d tre jug s. Nous appelons les autorit s de l E tat redoubler les efforts pour mener bien les dossiers judiciaires en cours contre toutes les all gations de violations et abus des droits de l homme, de traduire en justice tous les auteurs pr sum s et d assurer le droit la v rit , la justice et aux r parations pour les victimes et leurs familles , a d clar Leila Zerrougui, Repr sentante sp ciale du Secr taire g n ral des Nations Unies et cheffe de la Mission de stabilisation en RDC. Les autorit s devraient tablir des programmes d engagement communautaire afin d am liorer les relations entre les FARDC et la PNC et les civils qu ils sont d ploy s pour prot ger , a-t-elle ajout . Le rapport appelle galement la mise en place de programmes cr dibles et fiables de d sarmement, de d mobilisation, de r insertion et de rapatriement (DDRR) pour encourager les combattants d poser les armes et retourner la vie civile, et aux membres des groupes arm s trangers rentrer dans leurs pays d origine. Ces efforts devraient s accompagner d un processus global de justice transitionnelle, afin de pr venir la r surgence de la violence et de construire une paix durable dans la r gion. FIN *Le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l homme, cr en f vrier 2008, est compos de la Division des droits de l homme de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) et de l office du Haut-Commissariat aux droits de l homme en RDC. Pour lire le rapport en fran ais, veuillez cliquer ici
Pour lire le rapport en anglais, veuillez cliquer ici Pour plus d informations ou pour toute demande des m dias, veuillez contacter : Jeremy Laurence - + 41 22 917 9383 / jlaurence@ohchr.orgou Liz Throssell - + 41 22 917 9296 / ethrossell@ohchr.org ou Marta Hurtado +41 22 917 9466 / mhurtado@ohchr.org


Latest News
Hashtags:   

Congo

 | 

attaques

 | 

groupe

 | 

peuvent

 | 

constituer

 | 

crimes

 | 

contre

 | 

humanité

 | 

crimes

 | 

guerre

 | 

Corrigé

 | 
Most Popular (6 hours)

Most Popular (24 hours)

Most Popular (a week)

Sources