Sunday 20 January 2019
Home      All news      Contact us     
reliefweb - 8 days ago

Democratic Republic of the Congo: Maladie à virus Ebola – République démocratique du Congo Bulletin d’information sur les flambées épidémiques, 10 janvier 2019

Source: World Health Organization Country: Democratic Republic of the Congo
L’OMS et ses partenaires continuent de riposter à l’épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) dans l’un des contextes les plus complexes qui soit. Une baisse de l’incidence des cas a été observée à Beni, l’ancien épicentre. Il s’agit là d’une indication très positive de l’efficacité de la riposte malgré les multiples difficultés à surmonter. Toutefois, à Beni et ailleurs, l’évolution observée doit être interprétée avec prudence, car on s’attend à ce que la détection des cas soit retardée à la suite des perturbations temporaires récentes des activités de riposte dues à l’insécurité. Néanmoins, l’OMS et ses partenaires demeurent déterminés, sous la direction du Gouvernement et grâce à la collaboration entre les organismes, à relever les défis et à mettre fin à cette épidémie. Au 8 janvier 2019, on dénombrait au total 628 cas de MVE1 (580 confirmés et 48 probables), dont 383 décès (taux global de létalité : 61 %). Jusqu’à présent, 222 personnes ont guéri, ont pu quitter le centre de traitement Ebola (CTE) et se sont inscrites à un programme consacré à la surveillance et au soutien des survivants. Au cours des 21 derniers jours (du 19 décembre 2018 au 8 janvier 2019), des cas ont été signalés dans dix zones sanitaires où l’épidémie reste active: Katwa (31), Beni (18), Komanda (17), Butembo (14), Mabalako (14), Kalunguta (5), Oicha (4), Vuhovi (3), Kyondo (3), Biena (1), Mandima (1), Masereka (1), Musienene (1) et Mutawanga (1). Dans l’ensemble, des cas se sont déclarés dans des points chauds localisés situés dans 16 zones sanitaires des provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri (Figure 1). Les activités de surveillance sont maintenues afin de détecter rapidement toute résurgence ou réintroduction dans toutes les zones. L’évolution du nombre de nouveaux cas (Figure 2) reflètent la poursuite de l’épidémie dans ces zones géographiquement dispersées, avec des baisses encourageantes de l’incidence des cas dans des endroits comme Beni. Les progrès durement acquis pourraient encore être perdus en raison des périodes prolongées d’insécurité qui entravent les efforts d’endiguement. Parmi les cas confirmés et probables de MVE, 61 % (385/628) étaient des femmes et 30 % (189/628) des enfants de moins de 18 ans. On constate un nombre élevé de cas chez les nourrissons âgés de moins d’un an (38) et les enfants âgés de 1 à 4 ans (58). Tandis que les enquêtes visant à comprendre les facteurs de risque de cette charge de morbidité disproportionnée se poursuivent, les équipes d’intervention continuent d’accorder la priorité à ces groupes de population afin d’atténuer, dans la mesure du possible, le risque de transmission. Dans les zones touchées, les autres provinces de la République démocratique du Congo et les pays voisins, on continue de suivre de près et d’enquêter sur toutes les alertes. Depuis la publication du dernier rapport, des alertes ont fait l’objet d’enquêtes dans plusieurs provinces de la République démocratique du Congo, en Ouganda, au Soudan du Sud, au Rwanda et chez un voyageur qui rentrait en Suède après un séjour au Burundi. Jusqu’à présent, la MVE a été exclue pour toutes les alertes en dehors des zones touchées par l’épidémie. Les voyageurs internationaux qui ont pu être en contact avec le virus, y compris un médecin qui est retourné aux États-Unis d’Amérique après avoir fourni une assistance médicale en République démocratique du Congo, sont également suivis de près ; tous demeurent asymptomatiques. Action de santé publique Le Ministère de la santé continue à renforcer les mesures de riposte, avec le soutien de l’OMS et de ses partenaires. Les priorités sont la coordination, la surveillance, la recherche des contacts, les moyens de laboratoire, les mesures de lutte contre l’infection, la prise en charge clinique des patients, la vaccination, la communication sur les risques et la collaboration des communautés, le soutien psychosocial, les enterrements dignes et sécurisés, la surveillance transfrontalière et les activités de préparation dans les provinces et les pays voisins. Pour des informations détaillées sur les actions de l’OMS et de ses partenaires en matière de santé publique, veuillez consulter les derniers rapports de situation publiés par le Bureau régional OMS de l’Afrique : Rapports de situation sur la flambée de maladie à virus Ebola – République démocratique du Congo Évaluation du risque par l’OMS L’OMS a revu son évaluation du risque au regard de cette épidémie, et le risque demeure très élevé aux niveaux national et régional, et faible à l’échelle mondiale. Cette épidémie de MVE touche les provinces du nord-est de la République démocratique du Congo, à la frontière de l’Ouganda, du Rwanda et du Soudan du Sud. Il existe un risque potentiel de transmission de la MVE aux niveaux national et régional en raison des nombreux voyages entre les zones touchées, le reste du pays et les pays limitrophes pour des motifs économiques et personnels, et à cause de l’insécurité. Le pays est confronté actuellement à plusieurs autres épidémies (choléra et poliomyélite dérivée de souches vaccinales, paludisme, par exemple) et à une crise humanitaire prolongée. De plus, l’insécurité au Nord-Kivu et en Ituri continue d’entraver la mise en place des activités de riposte. Comme le risque de propagation nationale et régionale est très élevé, il est important que les provinces voisines et les pays limitrophes renforcent les activités de surveillance et de préparation. Le Comité d’urgence du Règlement sanitaire international (RSI 2005) a indiqué que le fait de ne pas intensifier ces activités de préparation et de surveillance entraînerait une détérioration de la situation et favoriserait la propagation. L’OMS continuera de collaborer avec les pays voisins et les partenaires pour s’assurer que les autorités sanitaires sont en état d’alerte et prêtes à riposter sur le plan opérationnel. Conseils de l’OMS Trafic international: Sur la base des informations actuellement disponibles, l’OMS déconseille d’instaurer des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec la République démocratique du Congo. Il n’existe actuellement aucun vaccin homologué pour protéger les gens contre le virus Ebola. Par conséquent, toute exigence de certificat de vaccination anti-Ebola ne constitue pas une base raisonnable pour restreindre la circulation transfrontalière ou la délivrance de visas aux passagers quittant la République démocratique du Congo. L’Organisation continue de surveiller attentivement les mesures prises pour les voyages et le commerce en relation avec cet événement, effectuant les vérifications nécessaires le cas échéant. Pour l’instant, aucun pays n’a pris de mesures entravant sensiblement les voyages internationaux à destination ou en provenance de la République démocratique du Congo. Les voyageurs doivent demander conseil à leur médecin avant de partir et respecter les règles d’hygiène. Pour de plus amples informations, voir : Le Directeur général de l’OMS conclut sa visite du Nouvel An dans les zones touchées par la maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (en anglais) Les femmes se mobilisent pour chasser Ebola de la République démocratique du Congo (en anglais) Rapport récapitulatif de la réunion du SAGE d’octobre 2018 (en anglais) Déclaration sur la réunion du Comité d’urgence du RSI d’octobre 2018 à propos de la flambée de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo Recommandations provisoires de l’OMS sur les vaccins anti-Ebola (en anglais) Recommandations de l’OMS à l’intention des voyageurs internationaux concernant l’épidémie de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo Maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo – Préparation opérationnelle dans les pays limitrophes Aide-mémoire sur la maladie à virus Ebola 1Les données des dernières semaines sont sujettes à des retards dans la confirmation et la notification des cas, ainsi qu’au nettoyage en cours des données ; l’évolution au cours de cette période doit être interprétée avec prudence.

Related news

Latest News
Hashtags:   

Democratic

 | 

Republic

 | 

Congo

 | 

Maladie

 | 

virus

 | 

Ebola

 | 

République

 | 

démocratique

 | 

Congo

 | 

Bulletin

 | 

information

 | 

flambées

 | 

épidémiques

 | 

janvier

 | 
Most Popular (6 hours)

Most Popular (24 hours)

Most Popular (a week)

Sources