Wednesday 19 May 2021
Home      All news      Contact us      RSS     
reliefweb - 27 days ago

World: Un seul jour de dépenses militaires suffirait à freiner la faim dans le monde

Countries: Afghanistan, Democratic Republic of the Congo, Nigeria, South Sudan, Syrian Arab Republic, World, Yemen Source: CARE L quivalent de 26 heures de d penses militaires l chelle mondiale suffirait financer les 5,5 milliards de dollars n cessaires pour aider les personnes les plus vuln rables de la plan te, indique un ensemble d organisations humanitaires. 34 millions de personnes risquent la famine Plus de 250 organisations non gouvernementales (ONG) publient aujourd hui une lettre ouverte appelant tous les E tats accro tre de toute urgence l aide humanitaire pour viter que plus de 34 millions de personnes ne courent le risque d tre pouss es au bord de la famine d ici la fin de cette ann e. Qu il s agisse du Y men, de la Syrie ou de la RDC, les fonds destin s r pondre la crise alimentaire ne se mat rialisent pas. Pourtant, dans le m me temps, les aides consacr es aux grandes entreprises travers des plans de sauvetage se comptent par milliers de milliards de dollars dans le monde entier. Les bailleurs doivent intensifier leurs efforts. Ce n est pas une question de capacit financi re, mais bien de volont politique. D apr s les donn es dont nous disposons chez CARE, pour chaque dollar gagn par les femmes, 80 cents reviennent la famille, contre 30 cents pour chaque dollar gagn par les hommes. Les in galit s entre les femmes et les hommes sont un facteur pr dictif cl de l apparition et de la r currence des conflits arm s. Si nous ne parvenons pas comprendre ce simple constat, nous ne parviendrons pas pr venir ni combattre efficacement la famine. a alert Sof a Sprechmann Sineiro, secr taire g n rale de CARE. L ONU avait alert sur des famines aux proportions bibliques En effet, un an apr s la mise en garde des Nations Unies contre des famines aux proportions bibliques , les fonds fournis en r ponse par les pays riches ne totalisent que 5 % de l appel lanc par l ONU pour 2021, soit 415 millions de dollars sur les 7,8 milliards r clam s pour lutter contre la faim dans le monde. Les 5,5 milliards de dollars suppl mentaires r cemment r clam s par le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) et l Organisation des Nations unies pour l alimentation et l agriculture (ONUAA) quivalent aux d penses militaires que l ensemble des pays du monde effectuent en 26 heures. Par ailleurs, ce sont en tout quelque 1900 milliards de dollars qui sont consacr s chaque ann e ces d penses. R sultat, alors que de plus en plus de personnes sont contraintes de se coucher le ventre vide chaque soir, les conflits s intensifient. A la fin de l ann e 2020, les Nations Unies ont estim que 270 millions de personnes taient confront es un risque tr s lev de souffrir de faim aigu ou en souffraient d j . En effet, 174 millions de personnes, r parties dans 58 pays, se trouvent d j dans cette situation et risquent de mourir de malnutrition ou de manque de nourriture. En l absence d une r action imm diate, ce chiffre ne peut qu augmenter dans les mois venir. Au niveau mondial, les prix moyens des denr es alimentaires sont au plus haut depuis sept ans. Les conflits sont le principal facteur de faim dans le monde Les conflits sont le principal facteur de faim dans le monde, suivis par les changements climatiques et la pand mie de coronavirus. Du Y men l Afghanistan, en passant par le Soudan du Sud et le Nord du Nigeria, les conflits et la violence poussent des millions de personnes au bord de la famine. Dans les zones de conflit, les habitants sont t moins de sc nes dantesques li es la famine. Dans le gouvernorat de Lahj, au Y men, Fayda raconte : Lorsque les travailleurs humanitaires sont arriv s chez moi, ils ont pens que j avais de quoi manger parce qu ils ont vu de la fum e sortir de ma cuisine. Et pourtant, je n tais pas en train de pr parer un repas pour mes enfants. Je n avais que de l eau chaude et des plantes leur donner, apr s quoi ils sont all s au lit affam s. J ai d j pens plusieurs reprises me suicider, mais je tiens le coup pour mes enfants. Au d but de la pand mie de COVID-19, le secr taire g n ral des Nations Unies a appel un cessez-le-feu mondial pour concentrer tous les efforts sur la lutte contre le coronavirus, mais la plupart des dirigeant-e-s ont fait la sourde oreille. Les dirigeants de ce monde doivent trouver des solutions durables aux conflits, tout en permettant aux humanitaires d acc der aux zones o s vissent ces conflits pour pouvoir sauver des vies. D apr s Ahmed Shehu, coordinateur r gional du R seau de la soci t civile du bassin du lac Tchad : La situation ici est vraiment d sesp r e. Soixante-dix pour cent des habitant-e-s de cette r gion se consacrent l agriculture, mais ces personnes ne peuvent actuellement pas acc der leurs terres cause de la violence g n ralis e. Il ne leur est donc pas possible de produire des aliments. Cela fait des milliers d ann es que les agriculteurs et agricultrices fournissent de la nourriture la population. Maintenant, ces personnes en sont r duites mendier. La perte de production alimentaire entra ne la perte d emplois et de revenus, et les gens ne peuvent plus se procurer de la nourriture. Et nous, en tant qu humanitaires, nous ne pouvons m me pas nous rendre en s curit aupr s de ces gens pour les aider. Certaines et certains d entre nous se sont risqu s se d placer pour atteindre des communaut s dans le besoin et ont t enlev s. Nous ignorons o ils se trouvent. C est un dur contre-coup pour celles et ceux d entre nous qui veulent d sesp r ment aider. Notes aux r dactions : Consultez la lettre ouverte. En Afrique de l Ouest, 27,1 millions de personnes pourraient tre confront es une crise alimentaire dont 12,8 millions dans le nord du Nigeria d ici juin-ao t. Cela repr sente une augmentation de 10 millions par rapport juin-ao t 2020. Pour faire face la crise alimentaire dans cinq pays du Sahel seulement (Burkina Faso, Mali, Niger, Tchad, Nigeria), le besoin de financement est estim environ 1,5 milliard de dollars. Seuls 5 % ont t re us. Au premier trimestre de 2021, les bailleurs n ont fourni que 6,1 % des 36 milliards de dollars demand s au total dans les appels humanitaires lanc s par l ONU pour l ann e. Dans le domaine de la s curit alimentaire, ce financement ne couvre actuellement que 5,3 % de ces appels, soit 415 millions de dollars, sur les 7,8 milliards de dollars demand s en tout. (En date du 7 avril 2021) Les calculs relatifs aux d penses militaires sont bas s sur le rapport 2019 de l Institut international de recherche sur la paix de Stockholm qui a estim les d penses militaires mondiales 1 900 milliards de dollars. Selon l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (ONUAA), les prix alimentaires mondiaux ont atteint en f vrier 2021 leur plus haut niveau depuis sept ans. L tude r alis e par Development Initiatives sur l impact de la pand mie de COVID-19 sur le volume d aide humanitaire a r v l une baisse substantielle, en 2020, des engagements d aide du Canada, de l Allemagne, du Royaume-Uni et des E tats-Unis, ainsi qu une l g re baisse de la part des institutions de l Union europ enne (UE). Aucune donn e n est disponible pour la France, l Italie et le Japon. Les derniers chiffres disponibles sur l tendue de la faim dans le monde datent de mars 2021 et proviennent du rapport Hunger Hotspots du PAM. En d cembre, l aper u humanitaire mondial de l ONU pour 2021 signalait que le nombre de personnes en situation d ins curit alimentaire aigu pourrait atteindre 270 millions d ici la fin 2020. L ONUAA et le PAM ont repris cette estimation dans leur appel l action pour viter la famine, lanc en f vrier 2021.


Latest News
Hashtags:   

World

 | 

dépenses

 | 

militaires

 | 

suffirait

 | 

freiner

 | 

monde

 | 

Sources