Wednesday 8 December 2021
Home      All news      Contact us      RSS     
reliefweb - 13 days ago

World: La lutte contre les violences basées sur le genre mise à la marge de la réponse mondiale à la COVID-19

Country: World Source: Oxfam Un nouveau rapport d Oxfam fait tat d une mont e ind niable des violences bas es sur le genre (VBG) dans le monde entier pendant la pand mie de COVID-19, ainsi que du manque d initiative dont font preuve gouvernements et bailleurs pour trouver une solution. Le rapport, L autre pand mie : Les crises interconnect es des violences bas es sur le genre et de la COVID-19, voque le nombre d appels de personnes ayant t confront es des violences des lignes d coute sp cialis es dans la prise en charge des violences domestiques, dans dix pays, au cours des premiers mois de confinement. On y d couvre une hausse allant de 25 111 % : 25 % en Argentine, 79 % en Colombie, 43 % en Tunisie, 50 % en Chine et en Somalie, 69 % en Afrique du Sud, 25 % au Royaume-Uni, 39 % Chypre et 73 % en Italie. La Malaisie est en t te de ce classement, avec une augmentation de plus de 111 % de ces appels. Dans de nombreux foyers, le coronavirus a exacerb l anxi t sociale et l angoisse, le stress, la pression conomique, l isolement (aux c t s notamment de proches ou partenaires violents) et la consommation d alcool et de drogue, des conditions qui r unies ont aggrav les violences domestiques. En Inde, selon la commission nationale indienne pour les femmes, les violences domestiques ont augment de 250 % dans le pays. Les conseillers/ res sp cialis es dans la prise en charge des violences domestiques ont indiqu tre dans l incapacit de prendre contact avec les femmes et les filles gravement bless es ou suicidaires ou les personnes dont le partenaire contr lait l acc s au t l phone. Le rapport montre que trop peu de pays ont pris la pand mie de violences bas es sur le genre suffisamment au s rieux. M me avant l exacerbation des VBG due la pand mie, en 2018 seulement, plus de 245 millions de femmes et de filles ont t confront es des violences sexuelles ou physiques au sein du couple, un chiffre qui d passe celui du nombre total de cas de coronavirus l chelle mondiale entre octobre 2020 et octobre 2021 (199 millions). Gabriela Bucher, directrice g n rale d Oxfam International, a d clar : Le fait que des millions de femmes, de filles et de personnes LGBTQIA+ aient vivre cette double pand mie de violences et de COVID-19 est scandaleux. Les VBG ont t source de blessures, de d tresse motionnelle, mais aussi de pauvret accrue et de souffrance. Toutes ces cons quences sont impardonnables et loin d tre in vitables. La pand mie a lev le voile sur l inaction syst matique des gouvernements du monde entier en termes de protection des femmes, des filles et des personnes LGBTQIA+ face aux violences auxquelles elles font face du fait de leur identit . Les organisations de d fense des droits des femmes ayant pour mission de soutenir les femmes, les filles et les personnes LGBTQIA+ confront es des violences ont t plus susceptibles de subir des coupes budg taires, au moment m me o leur travail tait le plus urgent. Lors d une enqu te d Oxfam publi e en juin 2021, plus de 200 organisations de d fense des droits des femmes r parties dans 38 pays ont signal un amenuisement des financements et de l acc s aux espaces de prise de d cisions. Sur ces 200 organisations, 33 % avaient d licencier entre un e et dix membres de leur personnel et 9 % avaient d fermer. Si 146 E tats membres des Nations Unies ont exprim leur soutien l int gration de la lutte contre les violences faites aux femmes dans leurs plans de reprise et de r ponse la COVID-19, peu ont tenu leur engagement. Sur les 26 700 milliards de dollars de fonds mobilis s par les gouvernements et les bailleurs pour r pondre la pand mie en 2020, 0,0002 % seulement ont t investis dans la lutte contre les VBG. Gabriela Bucher poursuit : La pand mie a aggrav les discriminations li es au genre enracin es dans nos soci t s, et cela a renforc la vuln rabilit des femmes, des filles et des personnes LGBTQIA+ aux violences et aux abus. Si les gouvernements n adoptent pas d lib r ment des strat gies robustes dans lesquelles ils seront dispos s investir suffisamment pour r soudre ce probl me, les progr s r alis s ces 30 derni res ann es en mati re d autonomisation des femmes pourraient tre en danger. Nous devons emp cher ce retour en arri re, sans perdre une seule seconde. Quelques gouvernements ont toutefois pris des mesures pour endiguer la crise des VBG. Par exemple, en Indon sie et en Nouvelle-Z lande, des protocoles nationaux ont t introduits et les prestataires de services li s aux VBG sont consid r s comme des travailleurs/euses essentiel les. En Afrique du Sud, les m canismes de signalement des VBG ont t renforc s. La campagne des 16 jours d action contre les violences bas es sur le genre, qui commence aujourd hui et se poursuivra jusqu au 10 d cembre 2021, donne l occasion aux gouvernements, bailleurs de fonds et militant es d engager une r flexion sur les probl mes d in galit s mergents qui mettent les femmes et les filles en danger, pour agir de toute urgence. La pand mie de COVID-19 a montr que lorsqu ils passent r ellement l action, les gouvernements peuvent approuver des mesures extraordinaires pour prot ger leurs citoyen nes et r pondre des crises meurtri res. Des mesures plus fortes doivent tre prises pour combattre les violences bas es sur le genre. Oxfam recommande aux E tats et gouvernements de mettre en uvre une r ponse plus coh rente, holistique et multisectorielle pour lutter contre les VBG, afin d assurer aux personnes ayant t confront es des violences de pouvoir acc der des services efficaces et de qualit . Les gouvernements et les bailleurs doivent allouer plus de fonds aux organisations de d fense des droits des femmes et aux mouvements f ministes dont la mission est d radiquer les VBG et de venir en aide aux personnes ayant t confront es des violences. Il est galement n cessaire d investir davantage dans la collecte de donn es plus pertinentes et l analyse des statistiques nationales ventil es par genre, afin de s assurer que les interventions sont tay es par des donn es probantes. Pour Gabriela Bucher, Alors que, dans le monde entier, nous c l brons les 30 ans de la campagne des 16 jours d action contre les violences bas es sur le genre, nous devons nous rappeler qu il est urgent d adopter dans chaque pays des approches tenant r ellement compte des questions de genre pour r pondre la crise de la COVID-19. Les gouvernements et les bailleurs doivent tenir leurs engagements envers la promotion de l galit entre les genres en investissant dans tous les secteurs qui pourraient avoir un impact sur les VBG. Seules de telles initiatives nous ouvrirons les portes d un futur plus juste, plus s r, dans lequel nous n aurions pas craindre les discriminations. Notes aux r dactions La campagne des 16 jours d action contre les violences bas es sur le genre est un v nement international se d roulant chaque ann e entre le 25 novembre, date de la Journ e internationale pour l limination de la violence l gard des femmes, et le 10 d cembre, Journ e des droits de l homme. Cette ann e marque le 30e anniversaire de cet v nement lanc en 1991. Cette campagne est une plateforme utilis e par des organisations et militant es du monde entier pour appeler la pr vention et l limination des violences faites aux femmes et aux filles. Les donn es portant sur les appels des lignes d coute sp cialis es dans la prise en charge des violences domestiques et VBG dans dix pays revenu faible, interm diaire ou lev lors de la premi re vague de la pand mie de COVID-19 sont tir es de plusieurs rapports des Nations Unies et d ONG nationales et internationales, ainsi que de sources gouvernementales. L augmentation des volumes d appels est repr sent e sous la forme d un ventail des valeurs les plus basses et les plus lev es pour les diff rents pays. Lire le rapport Contact Florence Ogola, in Nairobi | florence.ogola@oxfam.org |+254 733770522 For updates, please follow @Oxfam


Latest News
Hashtags:   

World

 | 

lutte

 | 

contre

 | 

violences

 | 

basées

 | 

genre

 | 

marge

 | 

réponse

 | 

mondiale

 | 

COVID

 | 

Sources